Connectez-vous pour interagir avec ce book

Book de Domimo

Photographe
 Clamart, France

La première pose

 

Elle repose sa tasse vide et les derni√®res photos qu'il lui a montr√©. Elle se demande ce qu'elle est venue faire ici : ces filles sont de vrais comm√©diennes, jamais elle ne pourra √™tre √† la hauteur.

 

- Vous avez déjà posé ?

- Non... mais ça fait un moment que j'en ai envie.

- Ne vous inquitez pas, cela va bien se passer.

- C'est vrai que j'ai un peu le tract, mais je suis curieuse de voir le résultat.

- Si vous le voulez, on va commencer.

 

Il se lève et invite la jeune femme à se placer devant un grand tissus

sombre. Elle se lève à son tour et hésite.

 

- Je... je me déshabille ?

- Non pas tout de suite, on va commencer par des photos habillées. Le nu viendra quand vous serez en confiance... et n'oubliez pas nos conventions : rien ne vous oblige au nu, c'est vous qui déciderez.

- Je ne pense pas que √ßa ne me pose un probl√®me, je ne suis pas particuli√®rement pudique, j'ai plut√īt peur d'avoir l'air d'une potiche empaill√©e...

- Ca c'est mon probl√®me, c'est mon travail de vous faire √©voluer de provoquer et de savoir attendre le bon moment pour photographier.

 

Elle se place devant le tissus et attend en observant le photographe qui allume des projecteurs, regarde dans son appareil, ronchone et déplace un projecteur, triture des boutons, provoque un éclair de flash qui la fait sursauter.

 

- Eh !... je n'étais pas prête !

- Hein ? Non je fais des essais, je n'ai pas pris de photo.

- Ah ?

- Bien, on va pouvoir commencer.

 

Elle se tient debout raide comme un piquet avec une main sur sa hanche et regarde fixement le photographe.

 

- Bien... commencez par vous détendre un peu. Ne me regardez pas, vous n'auriez pas l'air naturelle... faites comme si je n'étais pas là et évoluez comme vous le sentez.

 

Elle regarde le photographe, les projecteurs avec ces dr√īles de petits parapluies, l'appareil photo pos√© sur un pied et se demande comment elle va bien pourvoir faire pour avoir l'air naturelle devant tant de technologies braqu√©es sur elle. Machinalement elle se passe la main sur une joue, √† cet instant un flash illumine la pi√®ce.

 

- Voilà, vous y êtes !

- Ah ? Je n'ai pourtant rien fait...

- C'√©tait une belle expression, avec un regard vague qui vous donnera l'air r√™veuse... du moins je le pense. 

- Bon...

- On va essayer quelque chose : vous allez marcher vers moi puis faire demi-tour et repartir vers le tissus. Faites des aller et retour jusqu'√† ce que je vous dise d'arr√™ter.

 

Cela lui semble plus facile. Le premier passage est raide, elle le sent, mais petit à petit le naturel reprend le dessus. De temps à autre des coups de flash la rassure, s'il prend des photos c'est que son travail lui convient.

 

- Parfait ! On va passer à autre chose. Etes-vous sportive ?

- Pas vraiment...

- Vous aller sauter en l'air en essayant d'√™tre la plus assym√©trique possible.

- Euh... c'est à dire ?

- Evitez juste de garder bras et jambes paralèles, il faut qu'on sente un mouvement sur une image qui sera fixe.Vous comprenez ? Faite n'importe-quoi, je prendrai ce qui m'intéresse.

 

Le premier saut est un peu timide puis elle se prend tr√®s vite au jeu, agite bras et jambes comme un pantin d√©sarticul√©. Elle sent sa robe voler et se souvient avoir vues quelques photos o√Ļ cela donnait un effet int√©ressant. Les √©clairs se succ√®dent rapidement. Elle a chaud et commence √† s'essoufler sans oser le dire. Le photographe l'a peut-√™tre remarqu√©, il dit :

 

- Vous pouvez vous arrêter.

 

Elle essaye de reprendre son souffle, son coeur bas vite et elle respire par grands à coups. Elle a très chaud, transpire et a peur que ça se voit. D'autre coups de flash.

 

- Celle là va être très bonne, je pense. Essayez de prendre un air effrayé.

 

Elle le regarde et écarquille ses yeux, elle n'a pas la moindre idée de ce qu'elle pourrait faire pour avoir l'air effrayée. Flash !

 

- Parfait ! Continuez !

 

Elle ne cherche plus à comprendre et se laisse aller... Flash ! Flash !

 

- Oui ! Regardez derrière-vous, le danger vient de là.

 

Elle toune la t√™te et voit le tissus, c'est vrai qu'il semble dangeureux... Flash ! Flash ! Flash ! Elle a repris son souffle et retrouve son calme. Elle se sent entre de bonnes mains, elle a pris confiance en elle et sent que la s√©ance va bien se passer. Elle a chaud et presque sans y penser commence √† d√©boutonner son chemisier, juste un bouton pour se donner un peu d'air...

La photo est un art. Elle a besoin de créativité, d'imagination et de sentiments.

Book réalisé sur BookFoto